Vous êtes ici : Accueil > Services municipaux > La collecte

Formulaire de recherche

La collecte

La Communauté d’agglomération a réalisé une étude d’optimisation de la gestion des déchets ménagers. Un état des lieux a fait apparaitre :
- un service apporté à l’usager très hétérogène sur le territoire : disparités en terme de fréquence de collecte (1 à 2 fois par semaine) et de mode de collecte : porte à porte ou apport volontaire pour les emballages, porte à porte ou point de regroupement pour les ordures ménagères.
- un coût 25 % plus élevé que la moyenne nationale en comparaison avec des collectivités similaires : fréquence de collecte trop élevée à certains endroits, tournées de collecte trop courtes notamment en fin de semaine, faible rendement de collecte en général.

Suite à ces constats, les élus de l’agglomération souhaitent :
 Améliorer la qualité et la cohérence du service, avec une organisation en lien avec le type d’habitat (dense/non dense) sur toute l’agglomération.
 Maîtriser les coûts : trouver des économies pour compenser l’augmentation de la Taxe Générale sur les Activités Polluantes dans les années à venir (fixée par l’Etat, elle va passer de 20 à 40 €/tonne en 5 ans).
 Atteindre les objectifs du Grenelle de l’environnement : 45 % de déchets valorisés en 2015 (contre 34 % en 2009 sur l’agglomération).

Plusieurs leviers sont possibles pour optimiser la collecte tout en conservant la qualité du service : réduire les fréquences des tournées, adapter le mode de collecte (porte à porte, point de regroupement, etc.) au type d’habitat, trier davantage. Cette démarche engagée chez nos voisins (Communauté de Communes des Sucs, Sictom Emblavez Meygal) a produit une nette amélioration des performances de tri sélectif.

Collecte de l’ensemble des emballages en bacs jaunes
Auparavant, les déchets d’emballages étaient collectés selon 2 modes :
- En bacs jaunes en porte à porte pour 11 communes de l’agglomération.
- En points d’apport volontaire (ou éco-points) sur le reste du territoire et selon deux flux distincts : les « corps plats » et les « corps creux ».

Une part importante de la population ne les utilisait pas, mettant en avant le côté peu pratique. En conséquence, les points d’apport volontaires ne permettaient pas de collecter autant de déchets que la collecte en bacs. Pour autant, généraliser les bacs jaunes en porte à porte aurait un coût de collecte prohibitif. L’alternative consiste à proposer des bacs jaunes en points de regroupement, c'est-à-dire fixes et partagés entre plusieurs habitations. Ainsi, le service de tri apporté aux habitants sera supérieur aux points d’apport volontaire, et la performance de tri augmentera sur l’agglomération.

Les déchets recyclables pouvant être déposés dans le bac jaune sont :
les papiers, journaux, magazines
les cartonnettes, les briques alimentaires (briques de lait, de jus de fruits…)
les emballages métalliques (boites de conserves, barquettes aluminium, aérosols…)
les bouteilles et flacons en plastique (bouteilles d’eau, de soda, flacons de shampoing, de lessive…)

Les conteneurs à verre sont parallèlement conservés, car le verre doit impérativement être séparé du reste des déchets ménagers.


Réduction de la fréquence de collecte
Le rendement de collecte est faible (moins d’une tonne collectée/heure) lors du deuxième passage pour les secteurs ruraux ou pavillonnaires collectés 2 fois par semaine : peu de bacs sont sortis, et leur remplissage est faible. Le coût de collecte était donc trop élevé par rapport à son rendement. De ce fait, il paraît pertinent de réduire la fréquence de collecte des ordures ménagères à un passage par semaine afin de doubler les quantités collectées par point de collecte. Pour les bacs de tri, la collecte pourra se faire toutes les deux semaines, puisque ces déchets sont sans odeurs.

Informations

Vous souhaitez participer

Apporter vos contributions.

Identification adhérents

Créer un compte

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter.

Formulaire d'inscription à la newsletter

Diaporama photos

voir les autres photos