Inauguration du multiple rural du Brignon en présence des personnalités

14/11/2019

L'inauguration du multiple rural (bar restaurant épicerie pain) a eu lieu samedi 23 novembre à 16 h en présence des personnalités : Jean-Pierre Marcon, président du Département de la Haute-Loire, de Jean-Pierre Vigier, député,  Laurent Duplomb, sénateur et de Michel Joubert, président de l'Agglomération.

Voici le discours prononcé par le maire de la commune Jérôme Bay 

" Je suis heureux de vous accueillir, avec mon conseil municipal, dans ce bâtiment communal transformé depuis cette année en multiple rural commerce multi activités.

Un petit rappel historique de ce projet s’impose de prime abord. Comme de nombreuses communes rurales, les commerces disparaissaient les uns après les autres. Il faut savoir que dans les années cinquante, il y avait encore dans ce bourg : deux épiceries, un boulanger, trois cafés restaurants et deux bouchers. 

Depuis quelque temps, le dernier commerce se situait donc dans le local de la maison Sahuc louée par la communauté d’agglomération mais le bail à réhabilitation arrivait à son terme à la fin de l’année 2018. Sans l’intervention de la commune, le bourg centre allait se retrouver sans aucun commerce. Or, « un bourg sans commerce est un bourg qui se meurt », comme l’on dit souvent. Nous aurions pu aussi attendre, nous croiser les bras et céder à l'inexorable et au fatalisme en attendant un hypothétique repreneur. On aurait pu attendre longtemps. Mais nous avons toujours considéré qu'il y avait la place au moins d'un commerce dans le bourg. Nous avons tenu à ce qu'il y ait plusieurs activités dans ce même commerce pour accroitre les chances de réussite. Nous avons donc pris le taureau par les cornes.

Nous avons longuement réfléchi à différents scénarii afin de conserver un dernier commerce.

Il était possible d’acheter de vieux bâtiments et de les rénover. Mais la solution de transformer le dépôt communal en commerce était de loin la solution qui présentait le plus d’avantages, d’un point de vue économique et fonctionnel : un emplacement idéal dans le centre bourg, près de l’école avec un parking et des coût de réhabilitation limités.

Il y eu un instant de doute, je dois l’avouer. Le lendemain du 13 juin 2017, nous avons songé à abandonner ce projet au moment où notre première préoccupation était de reconstruire un territoire complétement dévasté par une crue meurtrière. Nous avons tenu à mener de front à la fois la reconstruction de notre commune sinistrée (pont et routes) et en même temps poursuivre ce projet de sauver le dernier commerce du bourg mais en limitant le plus possible son coût.

Rien de tel qu'un commerce pour redonner vie à un village. Depuis 2015, Philippe et Amandine avaient exploité l’ancien local loué par l’agglomération mais qui était peu adapté.

Dans ce nouveau bâtiment communal, ils sont prêts depuis le mois d’avril dernier à relever ce nouveau défi. Ce multiple rural point multi services, regroupe aujourd’hui une café restaurant, dépôt de pain et de presse, épicerie et tous les services demandés par la population et s’appelle « A la bonne auberge». Nos gérants se sont donc bien retroussés les manches. Ils ont montré leur motivation au service de la population. Un exemple : Depuis 2015, ils livrent le pain tous les jours dans les nombreux villages de la commune qui compte près de 600 habitants, un service apprécié surtout chez les personnes âgées, parfois seules et parfois ne disposant pas de moyen de locomotion.

Je sais aussi qu’ils participent activement à la vie de la commune et qu’ils s’y sont bien intégrés, que leur souci principal n’est pas de gagner de l’argent car ils feraient autre chose. C’est donc un challenge qui n’est pas gagné quand on sait qu'en moyenne, deux bistrots restaurants mettent la clé sous la porte chaque jour en France, surtout en milieu rural.

Nous le savons tous : la vie dans les villages a bien changé, les populations se déplacent beaucoup plus facilement. Pour autant, à l’heure des réseaux sociaux, le café restaurant redevient le premier réseau de proximité et la demande n’a jamais aussi forte (cela figure une mesure phare de l’agenda rural du gouvernement). La volonté de renouer avec un lien social distendu, le dynamisme du tissu associatif, la recherche de local et d’authenticité, tout concourt à réinstaller les cafés au cœur de nos villages. Ce n’est pas un service public mais un service au public. Voilà pourquoi, l’argent public qui y est consacré me parait parfaitement bien employé et ne doit pas être épargné quand il s’agit de pourvoir à la cohésion sociale et rendre des services à nos populations rurales qui peuvent souvent se sentir oubliées.

Je remercie sincèrement les entreprises qui ont mené à bien les travaux de réhabilitation et notre architecte Mme Laetitia Valette.

-Démolitions, maçonneries, réseaux, aménagements extérieurs : Avond Thierry.
- Charpente, couverture, zinguerie : sarl Pagès.

-Menuiseries extérieures, fermetures : Sarl BF Alu pvc.
- Menuiseries intérieures, bardage bois : sari Pagès

- Platrerie, isolation peinture, plafonds : Sarl Bâti et déco :

Carrelage, faience : Astruc

- Chapes fluides : Dessimond
- Plomberie, chauffage, VMC : Laurent Gérald
- Electricité, courants faibles : Raffier Souveton

- Ravalement de façades : Multibat
Je n’oublie pas Aurélien Hugon qui a réalisé le comptoir et nous a aidé dans l’aménagement extérieur.

Le coût a été limité à 278 395 euros hors taxes (travaux et frais d’honoraires compris) avec un taux de subvention exceptionnel de plus de 80 % provenant de la Région (26 % dans le cadre du dispositif Ambition région), le Département (20% dans le cadre du dispositif 43 .11), l’Etat (25% de la DETR) et la communauté d’agglomération (10% de fond de concours exceptionnel). Le reste à charge de la commune (les 20% qui reste représentant un prêt de 55 000 euros) sera couvert par le loyer qui sera demandé à nos gérants de l’ordre de 250 euros par mois. C’est un loyer modique, la condition de la réussite du projet, avons-nous estimé. Il s’agira donc d’une opération blanche pour la commune. D’où l’intérêt pour notre commune de lancer un tel projet tellement bénéfique pour un territoire rural. Je remercie chacun des financeurs sans qui ce projet n’aurait pas pu voir le jour. Pour celles et ceux qui s’en inquiètent, il est bien entendu prévu de construire un nouveau garage communal près du lotissement communal des Cartavades et de la salle polyvalente, nous avons bouclé au début du mois le financement.

Maintenant, il importe que Philipe et Amandine remportent ce challenge qui n’est pas gagné. Ils sont titulaires d’un bail commercial dérogatoire d’un an. C’est donc un essai. La clé du succès repose sur chacun d'entre nous, habitants, présidents d'associations et si vous refusez comme nous le fatalisme, et bien démontrez le. Privilégiez ce commerce et tout ce qu'il propose.

Nous comptons sur vous pour la réussite de ce multiple rural qui apporte ce supplément d'âme dont nous avons tant besoin. Si tout le monde joue le jeu, je suis convaincu que sa réussite est au bout du chemin".